Novembre décembre en CM2.

S’ouvrir au monde du travail

Permettre aux enfants de comprendre le monde qui les entoure pour mieux appréhender  le réel est l’objectif qui a été poursuivi en invitant des parents de la classe à venir parler de leur activité professionnelle.

La vocation a animé l’exposé des mamans infirmière libérale et pharmacienne. La notion de service comme condition prioritaire de leur métier a largement illustré leurs propos.

La « nouvelle vie » des déchets au cœur de l’activité d’un papa, sous forme d’exposé oral a permis aux enfants de comprendre qu’une  activité implique plusieurs corps de métier. Le descriptif de son parcours  a rendu compte également de l’importance des rencontres dans un choix professionnel .

Un DVD qu’il a  pris soin de réaliser pour les enfants, leur sera présenté en classe vendredi 16 décembre ; ce sera l’occasion de remettre en débat ces différents points.

L’univers de la fabrication de produits leur a été rendu accessible aussi grâce à l’intervention d’un autre papa. Une présentation numérisée relatant les différentes étapes de réalisation d’un produit et la création d’ un prototype ont constitué les 2 temps de la démonstration. Un porte-crayon spécialement conçu pour eux, a été testé par ce jeune public, qui n’était pas peu intéressé par le process de fabrication. Les performances réalisables  par les  imprimantes de dernière génération  ont aussi fait leur effet sur un auditoire conquis, surtout les garçons d’ailleurs.

Un univers différent, c’est là aussi toute la richesse des démonstrations, que celui d’une maman comédienne. L’animation des textes d’auteurs  grâce à l’interprétation des comédiens les a amenés à concrétiser la notion de”spectacle vivant”. Les enfants sont entrés d’autant plus facilement dans cet univers que la maman joue des pièces pour “enfants”.

Le travail de mémoire, le rapport à la scène, le contact avec des gens connus sont des aspects que les enfants ont questionnés.

Vendredi 9 décembre, sur invitation d’un papa directeur de l’école de la photographie à Arles, une déambulation dans les locaux leur a permis de percevoir les espaces, les matériels et les personnes attachés aux différentes étapes de la création et de la réalisation de photographies.

Taille des machines, conditions de tirage (obscurité totale sur un temps long), variété des supports ont été autant d’étapes où leurs sens ont été tenus en éveil : apprivoiser le noir en fermant les yeux dans une obscurité totale, toucher la qualité d’un papier de tirage, écouter le bruit des machines.

La notion de point de vue a été abordée par  notre hôte et a été l’occasion pour les enfants de réaliser la transversalité de cet aspect à l’oeuvre dans toute création artistique. Travaillée en littérature, ils l’ont aussi éprouvée dans la visite de l’exposition temporaire à la fondation Vincent Van Gogh, l’ont perçue dans les réalisations architecturales approchées cette période.

Pour poursuivre la découverte, chaque enfant s’est vu remettre  une trace de la visite, mémoire de ce qu’il a vécu en cet après-midi.

 

Un mélange de passion, de sérénité, de plaisir a animé les discours de tous ces parents qui ont gentiment accepté de donner de leur temps.

Si l’on en croit les retours des enfants, ces instants ont été des temps très spéciaux, très appréciés dans leur emploi du temps: de belles rencontres qui leur donné à vivre l’école autrement.

Ils vous disent un grand merci… Des idées sont nées… des vocations en marche…..

Apprendre à mieux gérer ses apprentissages

C’est une expérience que nous menons dans toutes les classes.

Nous invitions les enfants à découvrir que l’on peut solliciter d’autres façons de faire pour réussir.

A partir d’un objectif celui de comprendre le sens donné à un texte, différentes entrées ont été données.

Pour exemple, d’aucuns ont mis à profit leurs capacités de raisonnement en mathématiques pour rendre compte de leur compréhension, en restituant le sens donné à un texte, sous la  forme d’un schéma.

D’autres ont invité leurs corps à se mettre en mouvement pour  faciliter l’accès à la mémorisation de ce qui avait été appris. …..

Menés sous forme d’ateliers, ces temps modifient les cadres donnés à l’apprentissage : les salles de classe sont exploitées autrement, le temps de l’apprendre ne respecte plus les mêmes contraintes, le travail en groupe et en individuel cohabite.

Si les enfants y ont trouvé beaucoup de plaisir sans doute lié au changement, à la prise en charge de leur activité, il  nous faudra multiplier les essais, analyser les résultats pour conclure à “un mieux apprendre”.

C’est la tâche que nous nous sommes fixées en équipe d’école.

 

Le langage des textes

Nous avons investi les genres théâtre, album et conte comme supports donnés à l’apprentissage pour  décrypter les intentions d’un auteur, son point de vue.

Mettre en lien différents signes dans le langage des textes, des images, s’appuyer sur un élément grammatical comme l’adjectif pour dégager le sens donné à un texte sont les investigations que nous avons poursuivies.

L’accès au symbolique a même pu être abordé tant la ténacité à trouver des enfants,  s’est fait vive,  dans un conte détourné: “le petit chaperon jaune”.

Pour conforter la notion de point de vue, un album qui utilise l’art comme quête initiatique d’un enfant,  fera l’objet d’une étude au trimestre prochain. Il contribuera par ses règles de construction, à relier histoire des arts, littérature, langage écrit et oral, arts plastiques.

Le langage en  mathématiques

Dans la continuité de ce qui s’est fait les années précédentes, les enfants prennent toute la mesure de l’enjeu de communication. Parler d’une surface et exprimer le souhait de la couvrir exige de pouvoir formuler clairement la demande comme en toute autre situation,  à l’aide de signes précis. Les unités de mesure font ainsi pleinement sens dans l’usage qui en est fait. Parler d’une quantité qui n’est pas entière exige de pouvoir l’exprimer. Les nombres fractionnaires sont perçus comme des supports de communication pour rendre compte d’une réalité.

Analyser les différentes opérations mentales qui vont être nécessaires pour répondre à une question posée, s’engager dans une démarche de raisonnement suffisamment explicite pour être lisible en mobilisant des outils comme le schéma ou la verbalisation,  sont les étapes dans la construction des compétences en mathématiques,  qui ont aussi été travaillées.

Nous vous souhaitons un joyeux noël.  A bientôt pour d’autres nouvelles.

Ce contenu a été publié dans CM2, ECOLE ELEMENTAIRE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.