Archives de catégorie : ECOLE ELEMENTAIRE

CP – Elle est chouette notre classe !

« Préparer tous les élèves à être des citoyens responsables capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire et ouverte aux autres cultures » cela ne fait aucun doute : le vivre ensemble commence à l’école.

Être ensemble c’est d’abord être soi-même, pouvoir jouer un rôle dans le groupe.

Sans un climat de bienveillance, qu’il faut instaurer dès le début de l’année, il sera difficile pour l’élève de trouver sa place.

S’interrogeant sur «  Comment vivre tous ensemble ? » les élèves ont listé les mots importants qui allaient  rythmer notre année :

Partage – Sourire – Amitié – Merci – Aide – Respect – Ecoute – Ensemble – Echange – Bonjour – Un groupe

Décorés, ces mots ont été collés sur les sous-mains autour de leurs photos.

A l’issu du visionnage d’une vidéo « Only on you » , un débat s’est organisé et a permis de produire des phrases illustrant notre vie en classe. Tous les mots choisis au préalable y ont été inclus.

Chaque élève a transformé un galet en une jolie chouette, mis en scène autour de nos écrits dans un diaporama animé.

CP/CE1 – Elle est chouette notre classe !

« Préparer tous les élèves à être des citoyens responsables capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire et ouverte aux autres cultures » cela ne fait aucun doute : le vivre ensemble commence à l’école.

Être ensemble c’est d’abord être soi-même, pouvoir jouer un rôle dans le groupe.

Sans un climat de bienveillance, qu’il faut instaurer dès le début de l’année, il sera difficile pour l’élève de trouver sa place.

S’interrogeant sur «  Comment vivre tous ensemble ? » les élèves ont listé les mots importants qui allaient  rythmer notre année :

Partage – Sourire – Amitié – Merci – Aide – Respect – Ecoute – Ensemble – Echange – Bonjour – Un groupe

Décorés, ces mots ont été collés sur les sous-mains autour de leurs photos.

A l’issue du visionnage d’une vidéo « Only on you » , un débat s’est organisé et a permis de produire des phrases illustrant notre vie en classe. Tous les mots choisis au préalable y ont été inclus.

Chaque élève a transformé un galet en une jolie chouette, mis en scène autour de nos écrits dans un diaporama animé.

A la découverte de Claude Viallat – CE1-

A la découverte de Claude Viallat

Répéter une forme indéfiniment et jouer sur le rythme et la couleur, tel est le procédé de peinture à base d’empreintes posées sur des toiles de l’artiste Nîmois. 

Les élèves explorent ce procédé et réalisent les productions suivantes.

Visite du Carmel

Au mois d’octobre, nous nous sommes rendus sur le site du patronage pour un temps récréatif et de partage. Un bol d’air très attendu par les élèves après de longs mois sans pouvoir sortir de l’école.

Les élèves ont profité d’un vaste espace extérieur et participé à des jeux collectifs.

Travaux d’écriture

 Les élèves de CE1 ont étudié la structure de poèmes, appris ce que sont une strophe, un vers, une rime. Ils ont dû faire travailler leur imagination, pour créer un poème en utilisant les prénoms de la classe et en recherchant des rimes.

Hâroun

Admire le Rhône

Luciano

Joue à la nintendo

Lorraine

File de la laine

Vincent

Compte jusqu’à cent

Lorenzo

Visite le zoo

Nicanor

Va au nord

Thomas

Dompte un lama

Lola

Déguste du chocolat

Charlotte

Chuchote

Lexan

Aime les serpents

Ils ont également écrit et illustré un poème en s’appuyant sur la structure de celui de Robert Desnos « Les fourmis ».

Une période enchantée en CE2.

Au cours de cette première période, un parfum d’évasion dans l’imaginaire a flotté dans notre classe.

En littérature :

Les élèves ont découvert l’univers de « Billy et les minuscules » de Roald Dahl.

Ils ont ainsi pu suivre les aventures de Billy, petit garçon de 8 ans, qui pénétrant dans la « forêt interdite », découvre un monde qu’il ne soupçonnait pas.

Après avoir été pousuivi par un monstre, il fait la connaissance de petits êtres « les Minuscules » qui sont les gardiens de cette forêt. Ils habitent à l’intérieur des branches et se déplacent à dos d’oiseaux.

Cette œuvre de littérature jeunesse pleine de poésie nous a permis d’aborder plusieurs thèmes tels que la forêt, les sentiments et la place des monstres dans la littérature. Le thème de la forêt a été mis en résonnance avec d’autres œuvres telles que « Le Petit Poucet », « Le petit chaperon rouge » ou encore « Baba Yaga ».

Cette rencontre avec les minuscules n’a pas laissé indifférent les élèves, qui se sont également investis dans un projet de transformation du couloir d’accès à la classe. Notre couloir est devenu magique et chaque jour des oiseaux transportant de petits êtres volent d’arbres en arbres afin de rejoindre leurs maisons aux minuscules volets creusées dans les arbres. Ce projet en lien avec la littérature a demandé l’investissement de chacun notamment dans le traçage d’une grande quantité de cercles au compas pour les feuilles des arbres ainsi que le traçage de carrés et de rectangles à la règle et à l’équerre pour la réalisation des minuscules fenêtres….l’intérieur des maisons a laissé libre court à leur imagination….

Le couloir enchanté.

En anglais :

Cette année, l’accent est mis sur l’oral. Deux chansons ont été apprises durant cette période : « What’s the weather like today ? » et « Knock Knock Knock Trick or Treat ».

Les élèves prennent beaucoup de plaisir à chanter en anglais. De plus, cela permet d’aborder quelques bases de grammaire anglaise, de construction de phrases mais aussi d’acquérir un vocabulaire assez large.

En sport :

C’est avec grand plaisir que nos élèves ont réinvesti le bassin de la piscine Rouget à Trinquetaille. Quel bonheur pour eux de pouvoir profiter de ces séances de natation ! Chacun progresse à son rythme grâce à la mise en place de 3 groupes au sein desquels les activités sont variées : apprentissage technique des nages, maîtrise de sa respiration, immersion pour aller chercher des objets… mais surtout beaucoup de plaisir et d’engagement de leur part.

A très bientôt pour de nouvelles aventures en CE2 !

Première période en classe de CM1.

La littérature :

  • Lire avec fluidité.
  • Comprendre un texte littéraire et l’interpréter.
  • Comprendre des textes, des documents et des images et les interpréter.
  • Contrôler sa compréhension, être un lecteur autonome.

Tout au long de cette année scolaire, nous nous rendrons à la médiathèque de la ville afin de nous informer, rechercher des livres et étudier des œuvres de la littérature de jeunesse.

Des livres seront empruntés en fonction des œuvres et des thèmes travaillés en classe mais nous pourrons aussi en emprunter personnellement avec notre carte.

Pour cette première période ,nous avons travaillé sur les documentaires.

Tous les matins un temps de lecture est imposé.

Les rallyes mis en place, tout au long de cette année scolaire, nous permettront de découvrir différents genres littéraires.

Nous avons commencé par le rallye de livres documentaires.

Dans l’année, nous découvrirons les romans policiers ,les bandes dessinées , les personnages qui ont marqué l’Histoire de notre pays ainsi que les grands classiques de la littérature française.

Le principe du rallye lecture est de lire un maximum de livres tout en respectant le niveau de lecture de chacun d’entre nous.

En effet, les livres proposés sont classés en fonction des différents niveaux de lecture.

Ainsi, chacun de nous pourra trouver un livre adapté à son niveau et progresser au fil de ses lectures.

Choix des livres

Emprunt des livres

Nous retournerons à la médiathèque au mois de novembre afin de découvrir un autre genre littéraire.

 Education Physique et Sportive :

  • Coopérer ou s’opposer individuellement et collectivement
  • Respecter les autres, et notamment appliquer les principes de l’égalité des filles et des garçons Respecter les règles de vie collective, notamment dans les pratiques sportives 
  • Coopérer avec un ou plusieurs camarades
  • Respecter des consignes simples en autonomie 
  • Montrer une certaine persévérance dans toutes les activités 
  • S’impliquer dans un projet individuel ou collectif

Tous les jeudis après-midi, nous avons repris le chemin du stade Robert Morel, afin d’y pratiquer une activité physique.

Durant cette période, nous avons pratiqué le basket.

Le basket, sport collectif, nous a permis d’apprendre à mieux vivre les uns avec les autres, de coopérer, de partager des émotions, de chercher conjointement des solutions… une véritable école de la vie.

En effet, en plus des bénéfices physiques apportés, la pratique de ce sport a permis de développer un esprit de solidarité, d’entraide au sein de nos équipes.

Art visuel :

  • Développer l’expression et la création.
  • Acquérir des savoirs et des techniques spécifiques.
  • Cerner la notion d’œuvre d’art.
  • Distinguer la valeur d’usage de la valeur esthétique des objets étudiés.

Vasarely l’inventeur de l’art optique ou « Op Art »

A partir du tableau intitulé Zebra (1939) de Victor Vasarely, nous avons découvert un nouveau courant artistique : le « Op Art » diminutif de l’art optique.

Dans l’ensemble de ses œuvres, Vasarely renonce à un usage littéral des formes. En effet il met en scène, par divers procédés illusionnistes, les pièges de la vision et la métamorphose incessante du monde.

 Zebra est considéré aujourd’hui comme le premier travail d’art optique.

Zebra (1939)

Elle représente deux zèbres dont les rayures contrastent et s’entremêlent donnant ainsi l’impression de volume…

Victor Vasarely ne cherche pas à ce que ses œuvres aient un sens, il ne cherche pas à transmettre des émotions mais fait uniquement appel à la perception du spectateur.

C’est ce que nous avons essayé de réaliser en nous inspirant du tableau Zebra.

En CM1/CM2.

Article CM1/CM2

Nous avons débuté cette nouvelle année scolaire par une réflexion sur ce qu’est l’école et qu’est-ce qu’être un écolier.

Cette discussion s’est conclue par un travail en Arts Visuels sur l’autoportrait.

La maîtresse nous a proposé de réaliser notre autoportrait dans un cadre représentant un écran de téléphone portable.

Elle nous a dit que « selfie » en Français se disait maintenant, « egoportrait », du latin « ego » qui veut dire moi-même.

On a trouvé cette activité amusante, surtout que dans une bulle on devait écrire pourquoi on pensait être des bons écoliers.

Voici donc nos « egoportraits » 

Pendant cette première période nous avons également commencé le projet littérature qui comprend trois volets : Lecture suivie, médiathèque et rallye lecture

Premier volet, la lecture suivie, La mythologie grecque :

Depuis quelques semaines, nous étudions La naissance du monde d’après la Théogonie d’Hésiode.

Le poète Hésiode qui vivait au VIII° siècle avant J.C. en Grèce a su transcrire, pour notre plus grand bonheur, la naissance de « la race sacrée des Immortels toujours vivants », autrement les aventures et les péripéties des Dieux et héros de la Mythologie grecque.

La maîtresse nous a expliqué que ce grand poète racontait qu’un jour, alors qu’il faisait paître ses troupeaux sur les pentes du mont Hélicon, les Muses l’ont visité.

Elles lui ont remis un rameau de laurier, et lui ont ordonné de chanter l’histoire des dieux immortels. Il devait, pour prix de ce récit, les célébrer dans chacun de ses chants. 

Depuis l’Antiquité, les Muses inspirent les artistes : peintres, sculpteurs, poètes.

Homère invoque la Muse au début de l’Iliade et de l’Odyssée. 


Les Muses sont les filles de Zeus et de Mnémosyne. Elles sont au nombre de neuf. Elles sont une source d’inspiration pour les artistes depuis l’Antiquité.

Elles sont souvent représentées en présence d’Apollon. On les reconnaît à leurs différents attributs :

  • Calliope : livre, stylet 
  • Clio : livre, tablette
  • Érato : tambourin, lyre
  • Euterpe : flûte, cygne
  • Melpomène : cor, masque tragique
  • Polymnie : couronne, orgue
  • Terpsichore : couronne de guirlande  
  • Thalia : viole, masque comique
  • Uranie : compas, globe.

Nous avons réalisé un carnet de voyages littéraires, où nous consignons les récits de la mythologie et nos découvertes sur la civilisation grecque.

Pour compléter notre lecture, nous avons regardé les épisodes de la série « Les grands Mythes» ce qui nous permet de mieux comprendre la mythologie grecque et les mythes.

Lien pour l’épisode 1 Zeus et Prométhée des Grands Mythes : https://www.youtube.com/watch?v=VkYM1okCFBU

Alain Dag’Naud, dans le Bibliobus sur la Mythologie grecque, reprend le récit d’Hésiode.

Au commencement est le Chaos. Ensuite apparaissent  Gaïa (la Terre), Érèbe (les Ténèbres) et Éros (principe du commencement et de l’origine).

Deces divinités premières naissent les éléments naturels (la Nuit, le Jour) et de nombreuses divinités comme  (le Sommeil, la Mort).

Ensuite, Zeus, après maintes grandes batailles, réussit à prendre le pouvoir sur les Immortels, et à chasser les Titans et les Géants). Zeus concilie en lui la force et l’intellingence. Il exercera donc le pouvoir suprême sur les Dieux puis sur les hommes. Mais c’est une autre histoire ….

Second volet de notre projet Littérature, les visites à la médiathèque.

Une fois par mois, nous allons à la médiathèque. Après avoir pu rendre et emprunter des livres que nous lirons à la maison ou en classe.

La bibliothécaire nous a préparé une sélection de livres et de disques sur un thème particulier.

Le thème de la première visite était consacré à la Renaissance et aux grands voyages de découvertes et d’explorations de Vasco de Gama, Magellan, Colomb, Jacques Cartier.

Nous avons également écouté de la musique polyphonique de la Renaissance dont les fameux cris de Paris de Clément Janequin qui nous plongent au cœur de la ville de Paris, en plein XVI°ème siècle.

On a vraiment l’impression de se promener dans une rue, il suffit de fermer les yeux et hop ! On voyage dans le temps.

Lien pour entendre les cris de Paris de Clément Janequin : https://www.youtube.com/watch?v=FiPhbS_ZlRk

Troisième et dernier volet du projet Littérature : le rallye lecture.

Nous avons commencé par le rallye lecture sur la Mythologie, en relation avec nos lectures suivies. Nous avons à notre disposition une trentaine d’ouvrages sur les Dieux, Héros et créatures fantastiques  de la Mytholgie

Les livres sont classés en deux sections, celle des « musardeurs » pour les lecteurs moyens, ou ceux d’entre nous qui n’ont pas l’habitude de lire. Il faut que la lecture devienne un plaisir. L’autre catégorie, des ouvrages plus épais est réservé aux « dévoreurs » qui ont l’habitude de lire déjà des livres plus importants.

L’essentiel ce n’est pas de lire vite mais de bien lire pour remplir correctement la fiche de lecture et réaliser un bon score.

Puisque lire permet de se confronter au merveilleux, de découvrir des mondes et des destins extraordinaires et de grandir, sous le regard des Muses, en sagesse, gageons que cette année sera pour nous, celle de l’ouverture sur les mondes infinis de l’imaginaire.

CM2 : Des ruptures et des seuils.

Des ruptures et des seuils

Se construire dans un système de valeurs. 

Faire son métier d’élève, c’est d’abord manifester son appartenance à un groupe classe.

Donner tout son sens à l’action individuelle et collective, accorder à chacun la place qui lui revient passent par  l’élaboration d’une culture commune qui pour nous, puise son ancrage dans la référence au projet éducatif vincentien, aux valeurs chrétiennes. 

L’accompagnement des prêtre, diacre et séminariste, la présence des adultes à tous les temps de la journée posent les termes d’un prendre soin où bienveillance, écoute, attention s’efforcent de s’exprimer dans la relation à tous les niveaux pour contribuer à ce que chaque enfant en confiance puisse occuper pleinement la place qui lui revient. 

C’est dans ce cadre contenant que nous nous efforçons au mieux, à chaque niveau  de classe  d’éveiller  chaque enfant à prendre conscience de la valeur ajoutée que constitue l’appartenance à un groupe où l’on grandit en aidant les autres à grandir. 

L’apprentissage continué

Les élèves en entrant dans le niveau supérieur se sont installés par là même dans un nouveau mode d’apprendre rythmé par la présence  de deux enseignantes. 


Adopter la méthode heuristique en mathématiques « MHM »  a permis aux élèves de construire leurs apprentissages  dans la continuité sans que l’alternance ne vienne obérer les savoirs en construction. 

Inscrits dans une démarche spiralaire et non linéaire, les nouveaux apports  nonparcellarisés peuvent se dérouler de façon dynamique tout au long de la semaine.  

Apprendre dans la diversité 

Inscrire le parcours de CM2 dans la visée de formation du futur collégien est appréhendé au travers le parti pris de confronter les élèves à différentes approches pédagogiques. L’échange de service placé au service de cette visée, permet aux élèves de suivre l’histoire et la géographie avec un autre professeur de leur école. 

De même, un assistant en anglais associé à l’acquisition du niveau requis en fin de CM2,   conduit en association avec les enseignantes  titulaires  le projet de découverte de contes détournés traduits en langue anglaise. 

Respecter le rythme d’apprentissage de chacun

L’entrée dans les apprentissages se fait au travers de parcours personnalisés qui tentent au mieux de répondre aux besoins de chacun.
C’est par eux-mêmes, à partir d’une maquette de travail qui fait du guidage le levier de la découverte des nouveaux apprentissages, que les élèves partent en quête des nouveaux savoirs. 
Les élèves sont ainsi amenés à questionner en mobilisant ce qui a déjà été appris dans les classes précédentes. Réflexifs, ils 

entrouvent d’abord seuls la porte des nouveaux savoirs à construire.  

La phase d’’enseignement vient s’appuyer sur les éléments qu’ils ont faitémerger. 
Les élèves mis à contribution sont engagés dans le processus d’enseignement apprentissage dans une co-construction avec le maître.

L’adaptation des parcours d’apprentissage tente de prendre au mieux en compte l’hétérogénéité en proposant ainsi des outils différenciés. 
Manipuler reste indispensable à certains quand d’autres entrent déjà dans la complexité. 

Pour accompagner les élèves dans les différents dispositifs d’apprentissage, la mise en condition passe aussi par une organisation de l’espace et des matériels adaptés. 
Fortes de l’expérience débutée en mars dernier par notre collègue de CP/CE1, nous nous sommes aussi engagées dans la reconquête des espaces. La modularité des lieux, leur « flexibilité » revisite l’échelle des tables, permet aux élèves de changer de position quand les assises, de types tabourets et ballonssurdimensionnés, s’y prêtent aisément. 

Les élèves ont très vite investi ces nouveaux matériels….

Faire communauté

SI la modalité individuelle caractérise l’approche de certains types d’apprentissages en français, le travail en groupe amène les élèves à des confrontations avec leurs pairs indispensables au développement outre des compétences disciplinaires, des compétences sociales. 

Toujours dans la même perspective de les faire évoluer à leur rythme, des activités développées à partir du maniement d’un matériel conçu à cet effet, amène les enfants en revisitant l’ensemble des connaissances de base travaillées dans les niveaux inférieurs à intégrer les connaissances nouvelles pour mettre en œuvre le programme de grammaire.

Impliquant l’élève à un double niveau collectif et individuel, la démarche entend responsabiliser l’élève en l’impliquant directement. C’est lui qui mesure de façon concrète ses avancées en les explicitant. La passation d’un degré à l’autre de l’apprentissage passe par le changement de « ceinture de compétence à une autre ». 

Vers une culture littéraire commune

Si les rallyes lecture mis en place au sein des classes de cycle 3 grâce à l’initiative de nos collègues sont un moyen efficace d’entrer dans la lecture suivie, une autre modalité est également privilégiée. Celle de la présentation individuelle d’ une œuvre de littérature, obligatoirement choisie dans la liste des œuvres référencées par l’éducation nationale. 

A partir d’un cadre de référence, chaque élève prend la parole pour livrer à ses camarades une synthèse de l’œuvre, en donner à entendre un extrait et terminer par la justification de son choix de lecture. Passé au filtre des questionnements collectifs, le contenu est étayé. Enfin une grille d’évaluation de la prestation engage les élèves à évaluer le niveau de leur camarade à partir d’une liste de critères qui vise à évaluer le registre de langue employé, la qualité de la synthèse, de la lecture oralisée. 
Oser prendre la parole, affronter le regard des autres sont des expériences de renforcement de la confiance en soi quand l’élève constate avec brio « j’avais le trac, je tremblais mais j’ai tenu ». 

A venir, d’autres expériences notamment les effets des premiers « cercles de discussion à visée philosophique »….

Fonctionnement du dispositif ULIS :exemple d’ateliers d’enseignement spécialisé.

Un dispositif ULIS est une unité d’enseignement spécialisé interne à une école ou un collège dans lequel des enfants ayant des troubles cognitifs ou un handicap ( visuel,  auditif….) reçoivent des enseignements personnalisés.

Les activités, souvent organisées en ateliers,  sont conçues en fonction des besoins et de la potentialité de chaque élève bénéficiant du dispositif ULIS.

Ainsi, une programmation d’objectifs pédagogiques, adaptée et individualisée, est élaborée lors du premier trimestre par l’enseignante spécialisée coordonnant le dispositif .  Cette programmation permet  un enseignement spécifique pour chaque élève afin de leur permettre de progresser à son rythme et d’être en situation de réussite.

La construction de la personnalité avec l’estime de soi est,  en effet, indispensable pour engager l’élève dans une dynamique d’apprentissage. L’enseignante jongle entre bienveillance et cadre pour permettre cette dynamique.

Les supports sont adaptés et les  activités ludiques, variées sont  centrées principalement sur la manipulation.  L’attractivité de ces activités favorise  l’implication, soutient  l’attention de l’élève et lui donne le plaisir de venir à l’école.

L’enseignement de la lecture ( déchiffrage et compréhension ) est l’enseignement prioritaire au sein de cette unité d’aide.

Cependant d’autres savoirs et savoir- faire sont proposés en fonction des besoins de chacun.

Les apprentissages réalisés au sein du dispositif sont ensuite transférés en situation de classe afin d’une part d’évaluer si la compétence est acquise,  de manière autonome en situation de grand groupe,  et d’autre part, pour permettre une posture d’élève.

Lors des temps en classe, l’enseignante propose également des activités suivant la potentialité de l’élève en se référent à  la programmation adaptée et aux besoins de ce dernier en lui proposant  des supports adaptés.

La coordonnatrice accompagne  l’enseignante et propose des outils si besoin est.

Ces temps dits «  d’inclusion » doivent permettre aux  élèves en situation de handicap de  développer le langage, l’observation, l’écoute, le maintien de leur attention, la gestion de leurs émotions, l’acquisition des codes sociaux et l’autonomie en utilisant des  outils de compensation.

Voici,  en images, quelques ateliers proposés ce premier trimestre dans le dispositif.

Ateliers lecture et encodage de mots :

  • Associer une image à son mot
  • Compléter un mot avec la syllabe manquante
  • Recomposer un mot avec les syllabes
  • Attraper la bonne syllabe

Ateliers de lecture compréhension :

  • Associer un texte à son illustration
  • Lire des phrases et vérifier leur véracité par l’illustration
  • Lire un texte et répondre à des questions de compréhension

Ateliers d’écriture et de production d’écrits : geste graphique, orthographe lexical

  • Produire des phrases : notion du sujet et du verbe

Ateliers grapho-phonologique :

méthode des alphas                           Les  graphèmes complexes

Ateliers de mathématiques

Calculer avec des outils

Ateliers autour de la quantité : dénombrer, construire le nombre, additionner …

  • Atelier de résolution de problèmes et géométrie

Ateliers artistiques et de motricité fine

Travail sur les nuances

Précision du geste et outil approprié

Graphisme et projet animal totem

Un premier trimestre déjà bien rempli !!

Avec de belles réussites et, malgré les masques, de beaux sourires …

Nuit et système solaire en GS/CP.

Durant ces dernières périodes, nous avons poursuivi notre travail autour du rêve et de la nuit à partir d’albums sur les animaux nocturnes en lien avec notre projet de l’année.

Le travail a commencé à partir de la lecture de l’album « Nuit » d’Emmanuelle Eeckhout. Puis d’autres livres ont été lus sur cette thématique.

Suite à ces lectures, un travail autour du lexique a été fait afin de s’approprier le vocabulaire particulier à ces animaux ainsi qu’autour des sens (notamment vue – odorat – ouïe).

Les élèves ont, par la suite, inventé l’histoire d’un album et produit également les illustrations  à partir d’un livre sans texte : « Promenade de nuit » de Lizi Boyd. Ce travail a demandé plusieurs séances d’écriture et de montage des dessins.

En art, un panneau collectif représentant une étape de l’histoire « Nuit » a également été fait. Chaque enfant a peint un élément du panneau et a ensuite représenté un animal nocturne collé dans un deuxième temps sur la production.

Sur le plan scientifique, les élèves ont pu découvrir la vie de certains animaux nocturnes ainsi que  leurs caractéristiques par rapport à différents sens.

Chaque groupe d’élèves a travaillé sur un animal nocturne (la chouette, la chauve-souris, le blaireau et le hérisson). Ils ont rassemblé des idées à partir de livres documentaires. Puis des précisions ont été apportées à partir des lectures et des documentaires vus sur le vidéo projecteur. Une carte d’identité a pu être établie pour chaque animal. Celle-ci a été expliquée à la classe par les élèves volontaires de chaque groupe.

Voici quelques photos…

Notre système solaire : entre rêve et réalité en GS-CP

La dernière partie de notre projet d’année s’est orientée vers un  « voyage »  découverte de notre système solaire. Nous avons commencé à aborder la notion de planète à partir du livre adapté de St Exupéry : « Le petit prince raconté aux enfants ». Les planètes imaginaires de l’histoire ont ensuite été confrontées à d’autres lectures d’albums plus ou moins proches de la réalité.

Durant ce travail, les élèves ont pu donner leur point de vue et dire les connaissances qu’ils avaient à ce sujet. Au niveau plus scientifique, des documentaires adaptés aux enfant ont été lus et visionnés sur notre système solaire.

Un panneau collectif plus « réel » a été réalisé à partir notamment des dessins d’éléments de l’espace découverts dans les livres, documentaires et au niveau du nouveau lexique.

Puis, ils ont ensuite illustré, au niveau artistique, cinq planètes imaginaires à partir de techniques différentes dont voici les productions et les résultats.

Nous avons clôturé le projet sur les extra-terrestres, à la demande des enfants.

De la PS au CM2.

Des classes dans une dynamique de cycle.

La dimension de l’apport culturel a été parallèlement à ces activités, fortement investie en ce premier semestre. A l’initiative de nos collègues des classes de CM1 et CM1.CM2, des programmations en rallye lecture ont permis aux élèves d’explorer, selon leur niveau, au travers de thématiques variées, des champs culturels diversifiés: la mythologie, un genre littéraire spécifique: la bande dessinée.
La transversalité du domaine a fait émerger chez nos collègues l’idée d’une proposition livresque plus centrée sur l’histoire.
Une initiative qui s’est dupliquée dans d’autres classes qui verront des dispositifs similaires se mettre en oeuvre à la période suivante.

De la PS au CM2: des classe dans une dynamique d’école, des professionnels au service d’un projet.

Fédérer l’ensemble des élèves autour d’un projet est le parti que l’école a pris depuis plusieurs années. Rassemblés pour l’élaboration de constructions plastiques, les élèves ont ainsi contribué à mettre en valeur le patrimoine architectural de l’école dans une valorisation du bâti; notamment le hall d’entrée qui ouvrait autrefois l’hôtel de Barras. Aux productions empruntant à des formes diverses: panneau mural, constructions aériennes des années précédentes va succéder l’oeuvre à-venir qui cette année a fait le pari de la couleur.

Ce sont les compétences plastiques et au-delà l’empreinte créative d’une de nos professeurs qui est à l’oeuvre dans la réalisation des productions des élèves. A partir de la définition d’un cahier des charges, un protocole détaillé des étapes depuis la conception jusqu’à la réalisation est pensé par cette dernière. La réussite collective outre l’implication des élèves, des adultes tient aussi à la capacité à scénographier ce qui en toute humilité devient une oeuvre. Exit l’envolée lyrique donnée grâce à la légèreté des motifs s’abattant depuis les grandes hauteurs de plafond dans un ballet coloré virevoltant (photographie communiquée ultérieurement).

La littérature l’a démontrée, les arts le relaient, les compétences à l’oeuvre au sein de l’équipe pédagogique donnent aux élèves un accès à des actions en cohérence acec le projet d’établissement dans un double accès: celui de la culture et de la créativité.

Au travers de nos rendez vous réguliers, des développements susceptibles de révéler d’autres compétences voire d’expertises de l’équipe auront pour objet de rendre davantage compte de la dynamique d’équipe d’une communauté d’adultes au service d’une même mission.

Nous évoquerons ainsi le sens donné au matériel numérique dont est doté chaque classe (décembre 2020) et l’usage dans sa dimension interactive et la production d’outils qui en ont déjà été proposés dans les classes de cycle 2 notamment.

Assurer la continuité dans la rupture: des personnes missionnées, des personnes engagées.

Enfin pour terminer cette nouvelle phase de notre “à propos”… , une focale sur les personnes en charge des élèves sur le temps de la pause méridienne.
A leur initiative, les activités développées par les enfants sur ce temps-là ont été valorisées et ont donc fait sens. Comme en attestent leur qualité, les constructions ludiques élaborées avec le matériel mis à la disposition des élèves, suggèrent la puissance créative des enfants. La poésie, la musique par les écoutes, sont mises en résonance avec les apprentissages menés dans les classes. Desinhibées car dégagées de toute fonction évaluative, leurs performances dégagent une énergie constructive où la notion de plaisir est observable.
Cet espace de rassemblement d’élèves devient aussi le théâtre de pièces improvisées dans lesquelles les élèves étonnent par leur aisance.
Nous saluons ces initiatives qui créent de la continuité entre ce qui se vit dans et hors les classes, qui invitent les enfants à s’écouter en renforçant leur estime de soi.

D’autres activités soucieuses de l’équilibre personnel, de l’écoute de soi sont inscrites aussi dans la continuité de qui se vit depuis l’espace scolaire au temps de la pause méridienne en cohérence avec le projet d’établissement.

Elles sont à l’initiative des personnes au service des élèves de notre association de parents. Ces temps de pause où théâtre et yoga invitent les élèves au développement de leur épanouissement personnel sont suspendus dans le contexte actuel. Elles n’en restent que plus à-venir.

Hello ! Welcome back to the English course !

Une période très productive se termine pour les élèves du cycle 3. Les contes détournés de Roald Dahl, en anglais « The Twisted Tales», se sont installés dans nos classes.

Roald Dahl, auteur britannique du XXe siècle, est considéré comme l’un des auteurs les plus célèbres pour avoir détourné les contes patrimoniaux tant lus par la plupart d’entre nous.

Il était important pour les élèves de comprendre ce qu’est un conte détourné. Nous avons donc construit une définition afin de comprendre le but de R.Dahl dans l’écriture de ses différents contes détournés.

Pour étudier les contes, une anticipation iconographique ( voir ci-dessous) était nécessaire à l’introduction de nos différents contes travaillés durant cette période. Nous avons donc décrit en anglais la couverture du livre The Revolting Rhymes de Roald Dahl.

The wolf reads a story to the children – The wolf is scary. – The children are on the knees of the wolf. They are scared.

Savoir décrire une image iconographique est l’une des compétences travaillées en 6eme. C’est pourquoi cette première introduction à la description d’image permet aux élèves du cycle 3 d’avoir une idée de ce qui attendu en expression orale en 6eme.

Durant cette période, nous avons étudié deux contes détournés de R.Dahl en anglais: Snowhite and the seven dwarfsetCinderella. Les élèves ont remarqué que R.Dahl s’est appuyé sur le conte patrimonial pour pouvoir détourner chaque conte. De nouveaux éléments ont permis de détourner l’histoire du conte et de construire de nouvelles intrigues.

Par exemple, nous avons remarqué que de nouveaux personnages apparaissent pour chaque conte étudié : The butcher(le boucher)dans Snowhite et the Jam maker(le marchand de confiture)dans Cinderella. Nous avons également vu que les sept nains «the seven dwarfs » sont des amateurs de chevaux « Horse race players » et non pas des mineurs.

Nous avons également fait une comparaison entre le conte traditionnel et le conte détourné. Les élèves devaient placer dans un tableau des phrases en anglais dont l’ordre ne respectait pas la chronologie de chaque conte. Le tableau était divisé en cinq étapes sur la base du schéma narratif. Il fallait placer les phrases qui correspondaient au conte traditionnel dans la partie similarities ainsi que celles qui correspondaient au conte détourné dans la partie differences tout en respectant le schéma narratif.

La prochaine période sera dédiée à la création d’un conte détourné.

See you soon for other news…

Nombres et calculs en ULIS.

Objectifs d’apprentissage

Les objectifs pédagogiques visés consistent principalement à la mise en œuvre de procédures de résolution et à l’appropriation d’outils.

Ces procédures de résolution peuvent être mentales, schématiques, peuvent utiliser des supports visuels, des outils méthodologiques, de numération ( tableau, matériel) , passer par la manipulation.

Le but étant de développer l’autonomie de l’élève en lui apprenant à apprendre, en lui apprenant à se connaître, à connaître ses difficultés et ses besoins, afin de transférer ses apprentissages lors des activités de mathématiques dans d’autres situations et notamment dans sa classe.

Quelques activités réalisées durant la période 3

🌈 Additions de petites quantités

🌈 Lecture et écriture des grands nombres

🌈 Construction des nombres

🌈 Activité de type Montessori et autonomie 

Jeu de loto pour mémoriser le nom des nombres

Qui va gagner ?…

La suite au prochain numéro !

En CM2 (période 3).

MHM

Après leurs camarades de CE2/CM1 entrés dans l’expérimentation l’année précédente, les élèves de CP, CP/CE1 et cm2 ont cette année investi l’apprentissage de la discipline au travers une démarche “heuristique” élaborée par deux mathématiciens appartenant au champ d’étude actuel.
Verbalisation, distanciation, manipulation, rétroaction des apprentissages, coopération en sont les matrices qui développent chez l’enfant outre des habiletés, un accès à la culture mathématique.
L’objectif est d’amener les élèves à donner du sens en établissant des passerelles entre les contenus mathématiques et leur transposition en contexte.

Cette période, les élèves ont ainsi appréhendé la notion de quantité partagée. Les séances d’enseignement/apprentissage sur les fractions ont eu pour visée de développer dans une posture collaborative, axée sur la manipulation, l’acquisition des notions. Les fractions décimales ont ainsi été appréhendées dans le lien entretenu avec la numération décimale.

Les différents outils constitutifs d’un dossier à destination des élèves servent de prétexte au développement des activités de géométrie. Inviter les enfants à dénicher des trésors est certes plus motivant que leur asséner des tracés géométriques dans un format classique. L’occasion d’éprouver le vocabulaire spécifique à la discipline et d’exercer leur capacité à utiliser les outils de façon appropriée.

Arts visuels

Le 2 février, jour de la présentation de Jésus au temple a ouvert la session d’apprentissage en arts visuels et plastiques.

Après un retour au calendrier liturgique (cendres, carême…) la signification, les origines des fêtes de carnaval et enfin les fonctions du masque ont été étudiées.

La question de la fonction donnée aux masques africains a également été traitée.

la convocation d’oeuvres sur la thématique est venue achever cette première approche.

Danse à l’école

Contraints à circonscrire nos activités physiques en extérieur, il nous a fallu réorienter l’activité. Un cycle danse contemporaine a débuté.
Déployées autour de trois temps : échauffement, créativité et relaxation, les séances invitent les élèves à explorer le matériau corporel comme moyen de développer une écriture différente de celle usité dans la classe, celle du phrasé en solo ou en duo.
En libérant leur créativité, les élèves découvrent les valeurs de confiance, respect quand participer à une production commune c’est s’engager à garantir un résultat si et seulement si chacun sait respecter la danse de l’autre.

Enfin l’exercice du lâcher prise participe d’une volonté de les aider à avancer dans la connaissance de leurs modes de fonctionnement.

Développer sa personnalité à l’aune des valeurs chrétiennes et vincentiennes.

L’annonce explicite de l’évangile permet chaque semaine à l’ensemble des enfants de l’école d’aborder, au travers des étapes fondatrices marquantes de l’année liturgique, la vie des hommes et des femmes qui ont fondé le système de valeurs qui sous-tend notre projet.
Un jeune prêtre appartenant à la communauté de St Martin accompagne ainsi plusieurs classes de notre école de façon hebdomadaire. Un jeune séminariste et un diacre partagent aussi ce temps spirituel avec nous tous.

Rituel qui ponctue nos semaines, ces rendez vous sont aussi l’occasion pour les enfants de questionner, au travers la vie de quelques exemples les comportements humains pour éprouver ce qu’est l’engagement, la confiance, l’espérance à l’image du message délivré par le christ. Une façon aussi en CM2 de mettre en résonance la vie, les enseignements de Jésus et le message des philosophes présocratiques.
Une invitation aussi pour chacun, engagé ou non dans la foi, à s’affranchir de l’affairisme auquel astreint parfois l’enchaînement des activités pour prendre le temps nécessaire à l’intériorité.


La DVP: “la discussion à visée philosophique”
La même visée pour amener les élèves à prendre le temps de la distanciation pour questionner le monde à partir d’une autre grille de lecture: celle de la philosophie.
Des cercles de parole où en communauté de pairs les élèves s’expriment sur une thématique, se créent le temps d’un séance. Les participants co-élaborent pour définir un concept. Une façon d’ éprouver la capacité des élèves à verbaliser leurs pensées.

Analysés et restitués, les contenus des échanges permettent de rendre compte, au travers d’un écrit, du cheminement de la pensée collective. Schématisés, ces tracés sont l’occasion de faire prendre conscience aux élèves, des mécanismes de fonctionnement d’une pensée en actes.

Si parler est un fait spontané, l’impact du discours produit, de par son caractère volatile ne peut qu’échapper à chaque participant déjà fortement impliqué dans la lourde tâche d’une production verbale.

Le restitution a posteriori permet de discerner les attributs donnés par la communauté de pairs à un mot donné (l’amitié, la camaraderie, la liberté….), à une maxime énoncée et de percevoir comment la production d’un discours collectif argumenté a permis le passage de la parole spontanée à la parole construite, a généré la conceptualisation.

Un éclairage par la pensée des philosophes vient nourrir la pensée naissante des jeunes élèves.
Les pré-socratiques se sont invités dans ces illustrations. Depuis Diogène Laërce, le parcours de découverte empruntera la prochaine période à Platon, son mythe de la caverne dans un format adapté au jeune public.

La littérature

Sert d’entrée didactique aux apprentissages des élèves dans le domaine de l’étude de la langue, est appréhendée aussi pour servir une meilleure compréhension des problématiques qui traversent l’être humain (son rapport aux autres, à soi, au monde).

Ainsi au centre des activités de réception en compréhension et interprétation de textes, elle amène de façon systématique ,dans toutes les activités qui la concernent, les élèves à produire des textes. Que ce soit pour éprouver sa capacité à transférer les compétences ( employer des adjectifs possessifs dans un texte, éviter des répétitions, utiliser la concordance des temps dans un emploi correct des formes verbales…) ou pour exercer sa créativité dans une posture d’auteur-e.

A suivre: le projet écologique sur les plantations; l’étude d’une thématique (la liberté) en littérature au travers l’analyse fine d’une oeuvre sous l’accompagnement de 3 adultes référents. Relié à la réalisation du projet collectif d’école en arts plastiques et situé au croisement de plusieurs disciplines, il convoquera le champ de la poésie sur le thème de la liberté.

La déploiement du projet plastique d’école.

Troisième période en CM1/CM2.

Lors de cette dernière période, nous avons terminé l’étude de l’Odyssée d’Homère. Ulysse est finalement rentré chez lui, à Ithaque. Mais son retour ne s’est pas passé sans encombre.

Il a dû affronter de nombreux périls comme les sirènes ou Charybde et Scylla ?

Nous avons réalisé plusieurs dioramas représentant ces épisodes.

L’Odyssée, épisode final – Le retour d’Ulysse

Les Grecs distinguaient deux formes d’intelligence – celle des hommes qui s’apparentait au courage et à l’instinct et celle des femmes – la métis – qui était celle de l’analyse de la situation et de l’anticipation. Elle était souvent assimilée à la ruse et à la fourberie.

Seul Ulysse avait reçu d’Athéna, sa protectrice les deux intelligences c’est pourquoi on l’appelait Ulysse aux mille ruses.

C’est cette dernière qui suggéra à Pénélope d’organiser un concours pour désigner celui des prétendants qui devait l’épouser. Le concurrent devait bander l’arc d’Ulysse et faire passer sa flèche au travers du trou du manche de douze haches de bronze.

Ulysse qui avait revêtu l’apparence d’un mendiant demanda à participer, il réussit et avec l’aide de son fils, Télémaque massacra les prétendants et les servantes infidèles.

Comme dernier travail autour de son périple nous avons écrit un dialogue entre Pénélope et un de ses prétendants.

Dialogue N° 1

– Salut Pénélope, que fais-tu ?

– Comme Ulysse n’est pas de retour, tu sais bien ce que je veux.

– Je suis sûre qu’il va revenir, enfin, j’espère.

– Regarde toi tu trembles … Oh non, Le mendiant a réussi !

– Wouah, il est fort ce vieillard, on dirait Ulysse. J’espère qu’il est encore plus fort.

-Mais nous sommes plus jeunes que lui…. AHHHHH !!!!! (il tombe et meurt)

Dialogue N° 2

– Que montrez-vous de votre index ?

– Regardez ce mendiant, pourquoi est-il là

– Je ne sais pas, me donner des nouvelles d’Ulysse peut être ?

– Ulysse ne rentrera jamais. Maintenant vous devez choisir entre nous et vite !

– Laissez-moi le temps, je vais lui demander s’il sait quelque chose.

– Bien, tant que vous nous donnez votre réponse, faites comme il vous plaira.

Dialogue N° 3

– Ma chère Pénélope, maintenant tu es obligé de choisir un mari

– Si tu lèves la main sur moi tu ne seras pas mon mari.

– Tu ne sais pas utiliser des armes mais tu es forte par la pensée.

– Je dois terminer ma tapisserie, pars et ne reviens pas avant demain. Cependant laisse-moi te poser une question.

– Quelle est cette question que tu ne peux pas résoudre par ta Métis ?

– SI tu deviens roi sans richesse comment feras tu pour aider tes sujets ? Tu ne veux devenir roi que pour le prestige, n’est-ce pas ?

– Non, je t’aime

– Ne me prends pas pour une idiote, je suis vieille et riche et tu es jeune et pauvre. Pars et ne reviens pas avant demain, ni toi, ni ters hommes, ni ces traitresses de servantes. Compris !

– Bien ma reine, je pars.

Dialogue N° 4

– J’espère que tu vas me choisir

– J’épouserai celui qui fera passer, avec l’arc d’Ulysse, une flèche au travers de 12 haches alignées.

– Quoi, encore une épreuve. Vous nous avez déjà menti en prétendant terminer une tapisserie que vous défaisiez chaque nuit. Si c’est une nouvelle ruse nous vous obligerons dès ce soir à choisir un époux parmi nous.

– Ce n’est pas une ruse, mais si Ulysse revient, je ne vous épouserai pas.

– Ne prononcez pas ce nom, on le déteste, si jamais il revient on le tue.

– Partez, je ne veux plus vous voir. (A voix basse). Je n’épouserai jamais personne.

Pour compléter la lecture suivie de cette épopée nous regardons les épisodes de la série les Grands Mythes – l’Odyssée proposée par ARTE. Voici le lien pour le premier épisode

https://www.arte.tv/fr/videos/080116-011-A/les-grands-mythes-l-odyssee-1-10/

Rallye Lecture Histoire

Nous continuons également nos rallyes lecture, après celui sur la Mythologie nous avons commencé celui sur les romans historiques. Nous avons à notre disposition une soixantaine d’ouvrages : récits de fiction, romans policiers historiques, mémoires, albums.

Les livres sont classés en deux sections, celle des « musardeurs » pour les lecteurs moyens, ou ceux d’entre nous qui n’ont pas l’habitude de lire. Il faut que la lecture devienne un plaisir. L’autre catégorie, des ouvrages plus épais est réservé aux « dévoreurs » qui ont l’habitude de lire déjà des livres plus importants.

L’essentiel ce n’est pas de lire vite mais de bien lire pour remplir correctement la fiche de lecture et réaliser un bon score.

Photo diplôme rallye lecture

Module Histoire – Les Philosophes des Lumières et l’Encyclopédie.

Pour terminer notre module sur le XVIII° siècle, on nous a proposé l’exercice suivant :

Les auteurs, Diderot et d’Alembert, te proposent de rédiger la préface d’une version de l’Encyclopédie à destination des enfants. Tu devras indiquer à quoi sert une Encyclopédie et ce qu’on y trouve et quel est son but.

Voici une des productions les plus réussie.

Période 3 en CM1.

Sciences expérimentales : L’alimentation

Le vivant, sa diversité et les fonctions qui le caractérisent :

  • Expliquer les besoins variables en aliments de l’être humain 

Nous avons étudié les besoins variables en aliments de l’être humain et établi une relation entre l’activité, l’âge, les conditions de l’environnement et les besoins de notre organisme.

Ainsi, nous avons pris conscience que manger équilibré c’était prendre soin de soi.

Le repas le plus important est celui du matin : le petit déjeuner.

En effet, il va nous permettre de fournir toute l’énergie nécessaire à notre corps pour une grande partie de la journée. Au cours de nos échanges, nous avons constaté que certains d’entre nous ne mangeaient pas le matin.

L’apport énergétique doit être réparti dans la journée au cours des quatre repas pour couvrir les dépenses de l’organisme.

Chaque repas a son importance dans l’équilibre alimentaire.

Il est donc très important de prendre un petit-déjeuner après 12 heures de jeûne. Le matin, il faut donc bien manger pour tenir toute la matinée et être bien concentré en classe. Prendre un bol de lait (avec ou sans chocolat en poudre) ou un yaourt, plus une portion de céréales (ou des tartines), ainsi qu’un fruit ou un jus de fruits.

Au déjeuner, il est important de prendre des forces car la journée d’école n’est pas terminée. Le déjeuner apporte ce dont on a besoin pour les activités de l’après-midi. Le goûter est un moment important qui permet d’éviter le grignotage jusqu’au dîner. Le goûter idéal se compose d’un produit céréalier (pain, céréale…), d’un produit laitier (lait, yaourt ou fromage), d’un fruit (ou d’un jus de fruit) et d’eau.

Au dîner, il ne faut pas trop manger, car même si on a besoin d’énergie ; la nuit, les dépenses énergétiques seront moins importantes que dans la journée.

Les professionnels de la santé ont classé les aliments selon leur rôle pour le bon

fonctionnement de notre corps.

Manger équilibré, c’est manger sans excès un aliment de chaque groupe par jour. On doit veiller à ne pas trop consommer de produits sucrés, salés ou de matières grasses.

Ainsi, nous avons réalisé des panneaux, nous rappelant le rôle de chaque aliment.

Le rôle des aliments

– Les aliments bâtisseurs :

Les produits laitiers sont riches en calcium. Ils contribuent à la constitution de nos os et de nos dents.

La viande, le poisson, les œufs sont des aliments bâtisseurs de nos organes, de nos muscles.

Les matières grasses participent à la construction du cerveau.

– Les aliments énergétiques :

La famille des céréales et féculents nous donnent énergie et tonus sur une longue période.

La famille des produits sucrés donne du tonus pour peu de temps et ils seront nocifs si on en consomme trop.(caries, surpoids…)

– Les aliments protecteurs ou fonctionnels :

Les fruits et les légumes verts renferment des vitamines et des fibres qui permettent le bon fonctionnement de notre corps.


L’étude de l’équilibre alimentaire s’est terminée par la réalisation de menus élaborés par nos soins.

Bon appétit !

Art visuel : les couleurs chaudes et les couleurs froides 

-Reconnaître et décrire des œuvres préalablement étudiées : décrire des œuvres de différents domaines artistiques en détaillant certains éléments constitutifs, en les situant dans l’espace et le temps et en utilisant quelques termes d’un vocabulaire spécifique

-Découvrir les notions de couleurs chaudes et couleurs froides, couleurs

primaires et secondaires, couleurs complémentaires

-Donner sens à des éléments d’analyse d’œuvres d’art

A travers l’étude du tableau « Saint-Georges-Majeur au crépuscule » de Monet, (tableau peint par Claude Monet entre 1908 et 1912. Il mesure 65,2 cm de haut sur 92,4 cm de large. Les tons sont chauds. Cette peinture a été faite pendant la visite de Claude Monet à Venise en automne 1908, représente l’île de San Giorgio Maggiore et son monastère noyés dans la brume.)nous avons pu définir les notions de couleurs chaudes et froides après avoir fait un rappel du cercle chromatique étudié les années précédentes.

« Saint-Georges-Majeur au crépuscule » de Monet (1908)

A notre tour , nous avons réalisé un coucher de soleil en utilisant les couleurs chaudes et froides.

Les couleurs qui avoisinent le rouge et le jaune sont des couleurs chaudes : dominantes, agressives aptes à susciter des émotions fortes.

Elles ont tendance à venir en avant, à jaillir comme si elles allaient au-devant du spectateur.

Les couleurs de tons bleus sont au contraire froides, souvent tristes et même mélancoliques. Elles donnent souvent une impression de profondeur et d’éloignement.

C’est ce que nous avons voulu représenter en dessinant le couché de soleil sur la mer.

Lire :

  • Lire avec fluidité.
  • Comprendre un texte littéraire et l’interpréter.
  • Comprendre des textes, des documents et des images et les interpréter.
  • Contrôler sa compréhension, être un lecteur autonome.

A partir du mois de novembre, un rallye lecture a été mis en place.

Tous les matins un temps de lecture est imposé.

Les rallyes mis en place, tout au long de cette année scolaire, nous permettront de découvrir différents genres littéraires.

Nous avons commencé par le rallye de livres documentaires aux mois de novembre et de décembre.

Pendant cette troisième période nous avons pu participer au rallye de bandes dessinées.

CE2/CM1 (troisième période).

De l’éducation physique et sportive en anglais et vice versa pour les Ce2-Cm1

La mis en place du plan sanitaire nous a amenés à repenser l’organisation de l’enseignement physique et sportif. La transversalité entre les domaines d’enseignements a servi de levier.

Ainsi, lors d’une séance de langue vivante l’idée de faire de l’anglais lors des séances d’EPS a germé. Chaque enseignant se trouve souvent, dans le domaine des langues vivantes, confronté à la difficulté de réinvestir concrètement et régulièrement le vocabulaire et les structures étudiées en classe. Les entretenir , éprouver le lexique en contexte ont été les objectifs assignés à l’immersion de l’anglais en séance d’éducation physique et sportive.

Des divers mots anglais rencontrés lors des séances, ses sont ainsi invités lors des séances d’EPS consacrés au jeux collectifs traditionnels. Pourquoi en effet ne pas faire ces mêmes jeux traditionnels mais en anglais ? Pourquoi ne pas jouer à « l’épervier », à « Jacques a dit », au « déménageur », au « béret » mais dans la langue de Shakespeare ?

l’enseignement de l’EPS est une discipline qui se prête particulièrement bien à la pratique d’une langue étrangère. Elle a pour atout majeur de joindre la démonstration, l’exercice, la pratique physique à la verbalisation. Elle est à la fois par la pratique physique, l’aide à la compréhension et la preuve de la compréhension de la langue étrangère. L’EPS favorise la verbalisation des élèves en anglais par la richesse des différents rôles propres à chaque activité physique enseignée. En équipe : échanges, coopération et opposition entre joueurs, arbitrage, entraide, parade.2 »

Associer les deux disciplines a été l’occasion d’élaborer des comparaisons entre les différents jeux traditionnels, voire d’évoquer l’histoire de sports d’origine anglaise. Cela a été aussi par conséquent la possibilité, pour les enfants, d’en faire un usage spontané en contexte.

Un temps d’enseignement de la langue en classe a été consacré à l’apprentissage du vocabulaire spécifique appartenant à la discipline EPS.

Le caractère innovant de la démarche a été une source de motivation pour les élèves en donnant du sens aux acquisitions interdisciplinaires et mettant en œuvre la transversalité des apprentissages. La séance d’EPS en anglais est devenue le lieu d’application pratique des acquis théoriques. L’activité EPS a favorisé le réinvestissement des structures langagières abordées en classe en favorisant un travail d’appropriation dans la systématisation en contexte réel de communication3.

Si idée de faire l’éducation physique et sportive en anglais a de prime abord paru séduisante à certains élèves cela a par ailleurs représenté aussi pour certains d’entre eux un réel défi à relever (une langue étrangère restant, pour ces élèves, un domaine inconfortable). Le côté nouveau et ludique de cette action a finalement motivé l’ensemble du groupe lors des séances d’enseignement d’anglais en classe et l’attention des élèves pour l’apprentissage du nouveau vocabulaire et des consignes s’est vue renforcée.

L’effet observable sur les élèves a été le renforcement de la compréhension orale et l’appropriation plus aisée de mots anglais.

L’athlétisme, le basket-ball en anglais ? Sûrement le prochain défi à relever pour le groupe classe.

Citations: Jeanine BOUT professeur agrégée d’EPS

Troisième période en CE2.

LES ILLUSIONS D’OPTIQUE EN CE2

Au cours de cette troisième période un travail autour de l’ illusion d’optique a été réalisé. Après l’étude de plusieurs exemples, les CE2 se sont lancés dans la création de leur propre illusion d’optique. Ce travail sur plusieurs séances a permis de renforcer les compétences en géométrie mais aussi en motricité fine. La précision des tracés a permis d’obtenir un résultat de qualité. Les élèves ont montré une grande implication dans ce travail comme le montrent les traces suivantes :

Etape 1 : Tracer les diagonales du carré.  Etape 2 : Tracer des carrés tous les cm.

Etape 3 : Réaliser un quadrillage en prenant comme point central : le point de fuite (pour la perspective)

Etape 4 : colorier en damier

Voici quelques réalisations :

La Préhistoire et la littérature

Les élèves sont partis à la découverte de nos lointains ancêtres, les hommes préhistoriques.

A travers les aventures de Tomy et Lily, ils ont voyagé dans le temps.

En effet, un jour de neige, Tomy et Lily n’ont pas envie d’aller à l’école car ils savent que personne ne sera là, ni la maîtresse qui habite loin, ni les copains qui viennent à l’école en voiture. Cependant, eux habitent à 50m de l’école et leur maman les oblige à s’y rendre. Evidemment, personne n’a pu venir, mais une ancienne maîtresse à la retraite a bien voulu assurer la garderie ce jour-là. Ils ne s’imaginaient pas qu’ils allaient vivre de telles aventures. En effet, derrière une vieille porte, la vieille dame leur fait découvrir un couloir qui va les faire voyager à travers les millénaires. De leur rencontre avec Lucy, la célèbre australopithèque, en passant par l’Homo Habilis, l’Homo Erectus, l’homme de Néandertal et l’homo sapiens, ils vont alors découvrir la longue évolution de l’espèce humaine.

Ces aventures ludiques ont vite passionné les élèves qui ont attendu les aventures et les découvertes de Tomy et Lily avec impatience. Ce travail étayé par l’étude de documentaires à visée scientifique a permis de mieux comprendre cette période et le mode de vie de nos lointains ancêtres.

Après avoir acquis un vocabulaire et des connaissances précises sur cette période, la prochaine étape sera le lancement du rallye lecture autour du thème de la préhistoire.

A très bientôt pour d’autres aventures et découvertes en CE2 !

Travaux d’écriture en CE1.

Les élèves de CE1 ont étudié la structure de poèmes et notamment celui de Robert Desnos « La fourmi ». Ils ont appris ce que sont une strophe, un vers, une rime. Ils ont dû faire travailler leur imagination, pour créer de nouvelles strophes en s’appuyant sur la structure du poème et en respectant les rimes.

Un éléphant en kimono

Qui porte une souris sur son dos

Ça n’existe pas, ça n’existe pas

Un éléphant buvant du thé

En compagnie d’une araignée

Ça n’existe pas, ça n’existe pas

Un éléphant en pyjama

Qui se fait cuire un œuf au plat

Ça n’existe pas, ça n’existe pas

Pratique du chant choral

Le projet musique en partenariat avec le conservatoire se poursuit.

Les élèves continuent de travailler leurs compétences musicales avec l’intervenante musicienne et particulièrement la justesse et la diction.

En classe des écoutes musicales de grands artistes contribuent à développer une culture du jazz, une meilleure écoute, une meilleure connaissance des instruments:

  • La voix d’Ella Fitzgerald
  • L’accordéon de Richard Galliano
  • La trompette de Dizzy Gillespie
  • Le saxophone de Charlie Parker
  • Le piano de Ray Charles
  • La batterie de Art Blakey

Période 3 en CP/CE1.

S’impliquer dans un projet collectif. Apprendre à coopérer.

Pratiquer le dessin et différentes formes d’expressions visuelles et plastiques.

Réaliser des écrits, des œuvres plastiques à visée artistique.

ART ET GEOMETRIE

Distinguer les figures planes.

Décrire et comparer des images en utilisant un vocabulaire approprié.

Reproduire ou compléter une figure.

De nombreux artistes ont travaillé sur la géométrie et se sont appuyés sur les relations et propriétés géométriques pour exprimer leur art.

Il y a deux façons différentes de rencontrer les mathématiques dans le domaine de l’art, soit ils constituent un outil au service des artistes, soit ils deviennent un sujet de l’art.

Dans l’art moderne, les figures géométriques sont souvent à la base de créations notamment dans le LAND ART.

La lecture de différents œuvres des peintres : Herbin, Imi Knoebel et David Ferreira nous ont engagé dans un véritable travail.

Les compétences ont été travaillées parallèlement dans les 2 domaines.

Les relations géométriques ont été exploitées en utilisant les instruments : règle, équerre et compas (pour les CE1) et les outils et techniques artistiques : pliage, découpage, collage, recouvrement.

Des ateliers ont été mis en place avec des « Tangrams » pour reproduire ou imaginer différents personnages, animaux et objets.

ART ET EMC

Être à l’écoute de celui qui parle et prendre en compte ce qu’il dit.

Participer à des échanges de manière constructive.

Connaître les symboles de la République.

Le projet d’école de l’année porte sur la liberté et la poésie.

Nous avons associé ce thème à l’art.

Un débat à visée philosophique a permis de lancer notre travail.

Qu’est-ce-que la liberté ? A quoi te sert-elle ? Que signifie « être libre » ? Sommes-nous vraiment libres ?

Nous avons recherché les différents symboles de la liberté : notre devise, l’arbre de la liberté présent sur les pièces d’un euro, la statue de la liberté connue de tous.

Après des temps de réflexion, de questionnement et d’échanges, des ateliers ont été organisés.

Nous avons listé tous les mots associés à la liberté et nous avons invité les élèves à réaliser des croquis, des dessins.

  • Les silhouettes de Keith Haring ont servi d’inspiration à leurs illustrations : libre de danser, d’écrire, de parler, de jouer, de rêver…autour de la statue de la liberté.
  • Les mots écrits de différentes écritures ont été assemblés pour donner naissance à l’arbre, symbole de la liberté.
  • Lors des échanges, « l’oiseau : libre dans le ciel, un espace infini… » ont guidé nos choix vers la colombe de Pablo Picasso pour réaliser une œuvre collective. Chacun a laissé ses empreintes, une couleur par élève afin de recouvrir la production.

En parallèle, nous avons travaillé les symboles de la République.

Période 3 en CP.

S’impliquer dans un projet collectif. Apprendre à coopérer.

Pratiquer le dessin et différentes formes d’expressions visuelles et plastiques.

Réaliser des écrits, des œuvres plastiques à visée artistique.

ART ET GEOMETRIE

Distinguer les figures planes.

Décrire et comparer des images en utilisant un vocabulaire approprié.

Reproduire ou compléter une figure.

De nombreux artistes ont travaillé sur la géométrie et se sont appuyés sur les relations et propriétés géométriques pour exprimer leur art.

Il y a deux façons différentes de rencontrer les mathématiques dans le domaine de l’art, soit ils constituent un outil au service des artistes, soit ils deviennent un sujet de l’art.

Dans l’art moderne, les figures géométriques sont souvent à la base de créations notamment dans le LAND ART.

La lecture de différents œuvres des peintres : Herbin, Imi Knoebel et David Ferreira nous ont engagés dans un véritable travail.

Les compétences ont été travaillées parallèlement dans les 2 domaines.

Les relations géométriques ont été exploitées en utilisant la règle et les outils et techniques artistiques : pliage, découpage, collage, recouvrement.

Des ateliers ont été mis en place avec des « Tangrams » pour reproduire ou imaginer différents personnages, animaux et objets.

ART ET EMC

Être à l’écoute de celui qui parle et prendre en compte ce qu’il dit.

Participer à des échanges de manière constructive.

Connaître les symboles d ma République.

Le projet d’école de l’année porte sur la liberté et la poésie.

Nous avons associé ce thème à l’art.

Un débat à visée philosophique a permis de lancer notre travail.

Qu’est-ce-que la liberté ? A quoi te sert-elle ? Que signifie « être libre » ? Sommes-nous vraiment libres ?

Nous avons recherché les différents symboles de la liberté : notre devise, l’arbre de la liberté présent sur les pièces d’un euro, la statue de la liberté connue de tous.

En parallèle, nous avons travaillé les symboles de la République.

Après des temps de réflexion, de questionnement et d’échanges, des ateliers ont été organisés.

Nous avons listé tous les mots associés à la liberté et nous avons invité les élèves à réaliser des croquis, des dessins.

  • Les silhouettes de Keith Haring ont servi d’inspiration à leurs illustrations : libre de danser, d’écrire, de parler, de jouer, de rêver…autour de la statue de la liberté.
  • Les mots écrits de différentes écritures ont été assemblés pour donner naissance à l’arbre, symbole de la liberté.
  • Lors des échanges, « l’oiseau : libre dans le ciel, un espace infini… » ont guidé nos choix vers la colombe de Pablo Picasso pour réaliser une œuvre collective. Chacun a laissé ses empreintes, une couleur par élève afin de recouvrir la production.